jeudi 28 janvier 2016

Se déconnecter pour mieux reconnecter?

Bonjour tout le monde,

J'espère que vous allez bien et que votre mois de janvier plein de bonnes résolutions (ou pas, et ce n'est pas plus mal) s'est bien déroulé.

En parlant de "bonnes résolutions", j'ai personnellement choisi de procéder à une petite détox' digitale.










Il ne s'agit pas de tout débrancher et de partir vivre dans une grotte, je vous rassure, mais simplement de passer moins de temps à errer sur internet (sur les réseaux sociaux, principalement) et plus de temps auprès des personnes qui comptent, à faire des choses que j'aime!

"Réseaux sociaux", point trop n'en faut!


J'ai l'impression que, de nos jours (attention ma p'tite dame, c'est la grand-mère qui somnole en moi qui va parler), il est au moins aussi important de passer de bons moments que de se prendre en photo pendant qu'on les vit afin de montrer au monde entier, via les réseaux sociaux, à quel point notre vie est au top. C'est ainsi qu'en errant sur Facebook, on se rend vite compte que la majeure partie des posts est constituée de selfies soigneusement préparés (parfois agrémentés de petites phrases hautement philosophiques), comme si on avait besoin du regard invisible des personnes derrière leur écran pour se sentir exister. Est-ce normal? Je ne pense pas.

Strange, right?
















Certains postent des photos avec leurs amis, leur famille, ou pour des occasions spéciales, tandis que d'autres dégainent leur smartphone (et sa fameuse fonction "selfie", que je viens de découvrir - eh oui, j'ai des kilomètres de retard) dix fois par jour pour nous permettre de les suivre partout pendant les temps forts de leur journée ("En route pour le travail!" - "Au travail!" - "Pause déjeuner!" - "Aux toilettes!") Je plaisante, mais parfois, ce n'est pas si loin de la vérité. Eh bien, plus le temps passe, plus cette mise en scène de soi et de sa vie, qui semble devenir "la norme" sur les réseaux sociaux, m'agace et me paraît malsaine.

Il y a aussi les personnes qui se sentent pousser des ailes parce qu'elles sont bien au chaud, planquées derrière un écran. C'est nettement plus facile de critiquer et de piailler en tapant sur un clavier qu'en s'exprimant clairement devant les personnes visées. Tellement plus ennuyeux, aussi. Et ça donne lieu à des conflits ridicules qui, hors réseaux sociaux, n'auraient jamais existé... Parfois, ça engendre des histoires d'amour aussi qui, par timidité, n'auraient peut-être pas pu naître. Donc, tout n'est pas négatif pour autant (mais n'oubliez pas de faire appel à Nev et Max le cas échéant, on ne sait jamais).

Personnellement, j'utilise ces réseaux - ou plutôt "ce" réseau, s'agissant exclusivement de Facebook dans mon cas - parce qu'il me permet de rester en contact avec des personnes que j'aime beaucoup et qui vivent à des heures de route de chez moi. J'échange des messages avec eux, je poste quelques photos/statuts de temps en temps, je "like" ce qui me fait sourire ou ce que je trouve intéressant et j'écris quelques commentaires ridicules sur les murs de mes proches pour les faire rire. Je compte bien continuer, mais en y passant nettement moins de temps et en y accordant moins d'attention, tant ce qu'on y trouve et ce qu'on cherche à y montrer me semble, en général, faussé et vide. Il y a de moins en moins de partages, il s'agit désormais plus d'une vitrine dans laquelle chacun essaie de s'afficher que d'autre chose, à mes yeux.

Monde réel, here I am!


C'est ainsi que la "digital detox" a fait son apparition sur ma liste de bonnes résolutions 2016. Ce ne sera pas brutal, il s'agit simplement de limiter mes visites sur Facebook (le seul réseau social sur lequel je suis inscrite, donc) à deux fois quelques minutes par semaine et de profiter davantage des gens en vrai, du monde réel et de ce qu'il a de beau à proposer (en plus, je vous assure qu'on est beaucoup plus beau aux yeux des gens qu'on aime que sur n'importe quel selfie).

Quand vous avez la chance d'être bien entourés, lâchez votre smartphone (les notifications attendront), profitez de la conversation, du sourire de vos proches, et du moment présent! Quand vous êtes seul, faites en sorte d'avoir d'autres alternatives que le net pour vous occuper l'esprit! La vie s'écoule pendant qu'on est scotché à un écran! La vie réelle et ses rencontres, ses soirées entre amis/en famille, ses promenades à pied ou à vélo en profitant des quelques rayons du soleil, ses discussions jusqu'aux petites heures, ses voyages, ses lectures, ses disques à écouter, ses sensations, ses moments de douceur, ses concerts et tout ce qu'elle a d'autre à offrir.

Et même si on ne se prend pas en photo à chacun de ses instants et si on n'en informe pas la planète entière, personne ne peut nous les enlever!



Des bonnes résolutions pour 2016?

A bientôt!

mardi 5 janvier 2016

Gratin végétarien butternut - épinards - feta

Bonjour tout le monde,

Tout d'abord, je vous souhaite une belle année 2016! Qu'elle vous apporte tout ce que vous souhaitez, en commençant par la joie et le bonheur. Souvenez-vous toujours qu'on ne vit qu'une fois et foncez!

Ensuite, je vous reviens aujourd'hui, après un certain temps d'absence (besoin de déconnecter), avec une recette végétarienne délicieuse!

Mon gratin végétarien butternut - épinards - feta

















Il s'agit donc d'un gratin à la courge butternut, que je cuisinais pour la première fois, d'ailleurs. Au niveau du goût, je trouve que ça ressemble pas mal au potiron, en plus doux et avec une texture plus veloutée.

Pour réaliser cette recette (pour deux personnes), il vous faut...

- 1/2 courge butternut
- 200 g d'épinards surgelés
- 4 cuillères à soupe de tofu soyeux
- 1 oignon
- 1 gousse d'ail
- 2 tomates séchées
- 40 g de feta (environ)
- des épices et herbes (poivre, sel, persil, herbes de provence... selon vos goûts)
- du fromage râpé pour gratiner

C'est parti pour la réalisation...

1. Couper la courge butternut en deux parties égales, sur la longueur, et en retirer les graines à l'aide d'une cuillère. Mettre les deux moitiés au four préchauffé à 200°, pendant environ 30 minutes.

2. Pendant ce temps, faire cuire les épinards à la poêle, accompagnés d'un oignon/d'une gousse d'ail que vous aurez préalablement fait revenir à l'huile d'olive.

3. Sortir la courge butternut du four. Pour deux personnes, une seule moitié est nécessaire (j'ai donc réalisé une soupe avec l'autre, pour ne pas gaspiller).

4. Vider la demi-courge à l'aide d'une cuillère, en prenant garde à ne pas abîmer la peau, qui sera le contenant de la recette. Placer la chair de la courge butternut ainsi obtenue dans une assiette.

5. Réduire la chair de butternut en purée à l'aide d'un presse-purée. Y ajouter le tofu soyeux, mélanger convenablement jusqu'à obtenir une texture onctueuse. Epicer selon vos goûts et ajouter un peu de feta émiettée.

6. Remplir votre demi-butternut évidée avec une couche d'épinards, sur laquelle vous disposerez une couche de votre mélange butternut-tofu-feta.

7. Sur le dessus, ajouter quelques dés de feta ainsi que quelques petites tomates séchées, qui viendront relever le goût du plat. Mettre un peu de fromage râpé pour faire gratiner.

8. Enfourner à 180° jusqu'à ce que le fromage gratine.


Bon appétit! 



A la prochaine et d'ici-là, prenez soin de vous!